Informations Pratiques / Activité « Développement Durable & Énergie »

Informations Pratiques - Facilities, site du Facility managementInformations Pratiques
Activité Développement Durable & Énergie


ACTIVITÉ

Evaluer, développer et valoriser les engagements RSE

Label LUCIE, le label de référence en responsabilité sociètale des Entreprises. Le référentiel LUCIE invite les organisations à articuler leurs démarches RSE autour de 7 engagements, alignés sur les 7 questions centrales de la norme internationale ISO 26000 :

-Repecter les interêts des consommateurs et des clients

-Préserver l’environnement

-Agir avec loyauté et responsabilité sur les marchés

-Valoriser le capital humain

-Respecter les droits fondamentaux de la personne

-Conjuger les intérêts de l’Entreprise et l’intérêt génèral

-Assurer la transparence du système de décision et de contrôle

95 % des français pensent que la biodiversité est quelque chose d’important ou très important ( Sofrès mai 2010), 7 français sur 10 choisissent leur lieu de vie en fonction de la présence d’espaces verts à proximité. Le secteur du bâtiment est responsable de 20% des émissions de GES et de 43% de la consommation d’énergie finale française. L’amélioration de l’efficacité énergétique dans ce secteur constitue donc un axe de progrès prioritaire. Le Grenelle a fixé l’objectif d’une réduction de 38% de la consommation d’énergie du parc d’ici 2020.

 PRESTATIONS

Énergies

Comment comparer les énergies ?

Il s’agit pour une installation neuve de prendre en compte tous les paramètres de l’installation :

- Coût du matériel (radiateurs, tuyauterie).

- Coût des préparateurs d’énergie.

- Encombrement (surface).

- Déperdition des fluides.

 Entretien.

- Importance de la fourniture pour l’entreprise (cas des industriels).

- Coûts d’abonnements.

- Coûts de livraison.

- Coûts des fluides.

Pour chacune des énergies examinées, il conviendra d’établir une moyenne à l’aide des données ci-dessus et de la conversion du prix des énergies en PCI (pouvoir calorifique inférieur) et PCS (pouvoir calorifique supérieur). Les écarts les plus couramment constatés sont d’environ 10 %.

Valeur : eau surchauffée. Pour une installation existante, il convient d’examiner sa consommation sous les deux axes suivants :

 Combien de kWh et comment ? (périodes, hiver, été, etc.)

Energie réactive : Toutes les installations gérées par les responsables des services généraux consomment de l’énergie réactive. La consommation d’énergie réactive entraîne sur les réseaux de distribution plusieurs conséquences directes :

- Surcharges des transformateurs, obligation d’augmenter leurs puissances

- Chutes de tension en bout de ligne.

- Échauffement des câbles.

- Surdimensionnement des protections.

- Augmentation de la facture EDF

EDF et l’énergie réactive

L’énergie réactive n’est facturée par EDF que pendant les mois les plus demandeurs d’énergie, de novembre à mars inclus. Elle est facturée sur la base d’une tangente j de 0,40 (qui sera la base de référence pour les calculs d’installations d’un moyen de production privé d’énergie réactive). Cette énergie réactive peut être compensée par l’utilisateur en implantant des batteries de condensateurs de puissance.

Fonctionnement de l’énergie réactive

Deux possibilités :

A/ Des batteries fixes, d’une puissance constante dont la mise en œuvre peut être :

- Manuelle (interrupteurs).

- Semi-automatique (commande par contact).

B/ Des batteries de condensateurs asservies à une régulation intégrée.

La régulation adapte en permanence la puissance réactive fournie par les batteries aux besoins de l’installation.

Traiter l’énergie réactive permet d’optimiser l’installation électrique des bâtiments, de diminuer les coûts facturés par EDF et de limiter la surchauffe des conducteurs.

L’énergie solaire

L’installation photovoltaïque raccordée au réseau peut être intégrée dans la structure du bâtiment (mur rideau, façade, élément de bardage,tuiles, etc …) Pour la production d’électricité , le coût de l’installation est important pour le solaire thermodynamique comme pour le photovoltaïque.

Cf aussi Activité Travaux & Maintenance Page 447

 

UNE OFFRE D’ENERGY MANAGER

 

La nature même du parc immobilier qui va se « verdir » oblige également à plus de pilotage énergétique. Les propriétaires des immeubles labellisés HQE Construction et Exploitation ne sont pas prêts à voir leurs actifs perdre le label qui entraînerait une décote. De même, les locataires qui ont opté pour un immeuble « vert » entendent bien conserver les avantages de ce qui a pu être un critère de sélection au moment du choix de l’implantation. C’est d’ailleurs tout l’intérêt du bail vert qui implique tous les acteurs de la chaîne immobilière, en instaurant non seulement un dialogue entre les différents intervenants mais également des obligations de mesure et d’audit. Le potentiel de développement du secteur multitechniques est réel mais il est soumis à une capacité à offrir de la valeur ajoutée, pour aller au-delà d’une simple prestation d’opérateur et structurer une offre d’energy manager qui est aujourd’hui demandée tant par les utilisateurs que par les propriétaires ou leurs gestionnaires.

 

 À SAVOIR

 

Affichage environnemental

Démarche engagée dans le cadre du Grenelle de l’environnement afin de sensi- biliser les consommateurs aux impacts environnementaux des produits grâce à l’affichage d’indicateurs tels que les émissions de CO2 ou la consommation d’eau sur tout le cycle de vie du produit.

Agenda 21

« Programme commun pour le 21èmesiècle » adopté à la conférence de Rio en 1992 par 178 pays, détaillant les actions devant être intégrées aux législations nationales en matière de développement durable.

Audit social

Évaluation de l’impact de l’activité d’une entreprise, directement ou via ses sous- traitants et ses salariés.

Bâtiment à énergie positive

Un bâtiment à énergie positive produit plus qu’il ne consomme. Grâce à l’utilisation de l’énergie solaire pour l’électricité ou la production d’eau chaude et a l’utilisation de l’éventail complet des techniques d’économie d’énergie, un bâtiment peut exporter de l’énergie après avoir satisfait les besoins des occupants.

Bilan carbone

Lancé fin 2003 par l’ADEME. Cette méthode permet de mesurer les émissions de gaz à effet de serre émises par une structure économique et d’évaluer sa dépendance envers les énergies fossiles. Le Décret 2011- 829 du 11 juillet 2011 stipule que les personnes morales de droit privé de + 500 salariés en métropole et 250 salariés en outre mer ainsi que les personnes morales de droit public de plus de 250 salariés et les collectivités de plus de 50 000 habitants doivent obligatoirement procéder à un bilan carbone (bilan des émissions de gaz à effet de serre) d’ici au 31-12-2012 (sauf si elles en ont réalisé un entre juillet 2010 et juillet 2011) et le mettre à jour tous les trois ans

Biodiversité

La biodiversité est la contraction de biologique et de diversité.Elle représente la diversité des êtres vivants et des écosystèmes : la faune, la flore, les bactéries, les milieux mais aussi les races, les gènes et les variétés domestiques. Nous autres , humains appartenons à une espèce – Homo-Sapiens- qui constitue l’un des maillons de cette diversité biologique. Mais la biodiversité va au-delà de la variété du vivant. Cette notion intègre les interactions qui existent entre les différents organismes précités, tout comme les interactions entre ces derniers et leurs milieux de vie.

Cogénération

La cogénération consiste à récupérer la chaleur émise pour produire de l’électricité afin de l’utiliser comme chauffage, alors que dans la plupart des centrales la chaleur est rejetée dans l’atmosphère. Cette technique permet d’obtenir un rendement énergétique de 70 % contre 30 % pour les méthodes traditionnelles. Le rendement énergétique d’un pays comme la France est actuelle- ment de 34 % seulement.

Développement Durable

C’est le développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre le futur. Appliqué à l’économie, il intègre 3 dimensions ; économique (efficacité, rentabilité), sociale (responsabilité sociale ) et environnementale (impact sur l’environnement).

Eco-efficacité

Concept qui vise à faire plus (de produits, de valeur…) avec moins (d’énergie, de matières premières consommées, de déchets produits…)

Eco-label européen

Ce label officiel de l’Union Européenne est attribué aux produits qui de la production à l’utilisation, puis l’élimination ont un impact réduit sur l’environnement. Ces produits répondent à un ensemble de critères environnementaux et de critères de performance. Il existe aujourd’hui 23 groupes de produits et plus de 250 labels décernés .

Effet de serre

Réchauffement des basses couches de l’atmosphères terrestre induit par des gaz (notamment carbonique) qui les rendent opaques au rayonnement infrarouge émis par la terre.

Global Compact (Pacte Mondial) des nations Unies

Créé à l’initiative de Kofi Annan Secrétaire Général de l’ONU (à l’époque), le Pacte Mondial invite depuis juillet 2000 le secteur privé à se conformer à 9 principes de base dans les domaines du droit des travailleurs et travailleuses, de l’environnement et des droits humains.

Green IT

C’est l’application dans l’informatique des politiques développement durable. L’objectif étant la réduction de l’empreinte carbone produite par les SI des entreprises.

Greenwashing

Terme utilisé pour désigner la communication des entreprises qui ne s’accompagne pas de véritables actions pour l’environnement. Il trouve son origine dans la contraction des mots green, vert et brainwashing, ou lavage de cerveau. A la notion de greeenwashing est opposée celle de publicité éthique.

GRI

La Global Reporting Initiative , née en 1997, a pour mission de développer les directives permettant de rendre compte des performances économiques, environnementales, et sociales, au début pour les sociétés et par la suite pour n’importe quelle organisation gouvernementale, ou non gouvernementale. Rassemblée par la coalition pour les économies environnementalement responsables (CERES) en association avec le programme d’environnement des Nations Unies (PNUE), le GRI incorpore la participation active des sociétés, des O.N.G, des organismes de comptabilité, des associations d’hommes d’affaires, et d’autres parties prenantes du monde entier.

HQE

Haute qualité environnementale. Démarche initiée en 1996 qui s’intéresse autant aux méthodes de construction qu’à la gestion du bâtiment et vise à limiter les impacts environnementaux. Quatorze exigences environnementales définissent cette démarche.

ISO 14001

Certification de systèmes de management environnemental délivré, en France, par l’Afnor.

ISO 26000

Elle présente les lignes directrices pour tout type d’organisation, du secteur public ou du secteur privé, quelle que soit sa taille ou sa localisation, concernant l’environnement, les droits de l’homme, les conditions de travail, la gouvernance des organisations, les bonnes pratiques des affaires et les questions relatives aux consommateurs. Ce n’est pas une norme, et elle n’est pas destinée ni appropriée à des fins de certification ou à une utilisation réglementaire ou contractuelle. Elle a pour vocation d’inciter à mettre en oeuvre une action responsable au niveau sociétal.

NF-Environnement

Crée en 1991, c’est une marque volontaire de certification délivrée par l’Afnor distinguant les produits dont l’impact sur l’environnement est réduit suivant certains critères écologiques et d’aptitude à l’usage.

Photovoltaïque

Désigne l’énergie récupérée et transformée en électricité à partir de la lumière du soleil par des panneaux photovoltaïques. Il s’agit d’une énergie renouvelable qui ne libère aucun gaz à effet de serre.

Plan de Déplacements Entreprise (PDE)

C’est un ensemble de mesures visant à optimiser les déplacements liés aux activités professionnelles en favorisant l’usage des modes de transport alternatifs à la voiture individuelle.

Rapport de développement durable

Les sociétés cotées et celles de plus 5 000 salariés avec un total du bilan ou un chiffre d’affaires d’un milliard d’euros sont les premières soumises à l’article 225 de la loi Grenelle II, qui instaure progressivement une obligation de reporting sur l’impact environnemental, social et sociétal de leur activité et oblige les entreprises à renseigner une liste d’informations extrafinancières dans leur rapport annuel d’activité.

RSE 

La responsabilité sociétale des entreprises est la contribution des entreprises aux enjeux du développement durable. La démarche consiste à prendre en compte les impacts sociaux et environnementaux de leur activité pour adopter les meilleures pratiques et contribuer à l’amélioration de la société et à la protection de l’environnement. La RSE permet d’associer logique économique, responsabilité sociale et écoresponsabilité.

SNDD

La Stratégie Nationale du Développement Durable, adoptée en juin 2003 dans le cadre des Nations Unies et réaffirmée lors du sommet de Johannesburg, répond à un engagement international de la France d’intégrer le DD dans l’ensemble des politiques publiques.

 

© Facilities – Tous droits réservés - Toute reproduction, même partielle, est interdite.