Informations Pratiques / Activité « Espaces verts »

Informations Pratiques - Facilities, site du Facility managementInformations Pratiques
Activité Espaces verts


ACTIVITÉ

L’image donnée par les espaces verts est déterminante. Elle conditionne la première impression du visiteur. Cet enjeu peut sembler secondaire par rapport à celui, plus psychologique, du bien-être des salariés. Ceux-ci trouveront pourtant un réel plaisir à quitter des yeux l’écran de l’ordinateur pour observer un buisson ou une plante.

Les espaces verts sont de dimensions humaines. À ce titre, ils sont très importants dans le milieu parfois déshumanisé des lieux de travail. Ils procurent détente et confort visuel. Un Français sur trois considère que les budgets consacrés aux parcs et jardins sont insuffisants. Peut-on espérer un jour combler le trou de la sécu par la création de jardins et espaces verts ? Aussi utopique soit elle, cette proposition pourrait bien être la clé de l’un des défis majeurs du XXIème siècle. L’exemple le plus frappant de ces bénéfices cachés est le rôle primordial des espaces verts sur la santé publique.15 millions de Français n’ont ni jardin, ni terrasse. Verdir leur cadre de vie permettrait d’économiser 5 milliards d’euros de dépenses de santé chaque année.

PRESTATIONS

Les architectes paysagistes conçoivent et réalisent l’aménagement paysager. Il existerait environ 1 000 à 1 500 architectes paysagistes en France. Ils sont principalement requis pour les grands projets sur lesquels ils interviennent dès l’origine et dès la construction ou la réhabilitation du bâtiment.

Les producteurs de végétaux cultivent les végétaux. Ils sont rarement en prise directe avec le donneur d’ordre mais plus souvent avec l’architecte ou l’entrepreneur.

Les entrepreneurs du paysage assurent la création et l’entretien d’espaces verts. Ces derniers sont les plus nombreux sur le marché avec près de 28 000 entreprises en France dont plus de 70 % emploient moins de 10 salariés. Ils ont souvent en interne des personnes formées à la conception. 

Quatre organismes regroupent ces différents métiers :

- La fédération française du paysage – FFP ;

- La fédération nationale des producteurs de l’horticulture et des pépinières -FNPHP ;

- L’union nationale des entrepreneurs du paysage – UNEP ;

- Le syndicat national des paysagistes d’Intérieur – SNPI. 

LÉGISLATION

Un certain nombre de textes ,et de règlements préfectoraux mais aussi de marques sont utiles à connaître dans le cadre de la création et de la gestion des espaces verts. Nous en citons quelques uns, mais invitons les lecteurs à se rapprocher systématiquement de leur mairie ou de leur préfecture pour examiner ces textes.

Article 671 du code civil : Interdiction d’effectuer des plantations dépassant 2 m de haut à moins de 2 m de la limite séparative. Si l’arbre est en place depuis au moins 30 ans, il y a prescription.

Article 673 du code civil : Obligation d’élagage des branches dépassant sur la propriété d’autrui ou sur la voie publique.

Décret du 06 octobre 1997 : Régissant la coupe des arbres proches des lignes EDF

Article 5 du code de la voirie routière : Interdiction de planter des arbres à moins de 6 m de la bordure d’une voie ferrée.

Articles le 114-1 à l 114-6 et r 144-1 et 2 : Obligation de travaux d’élagage ou d’arrachage si les végétaux jouxtent un virage, un croisement ou une zone sensible de circulation.

La marque «  expert jardin » crée par l’UNEP en 2012 affirme l’identité, le professionnalisme et les engagements ( sociétaux,environnementaux, qualitatifs) des entreprises de paysages.

MÉTHODES

AMÉNAGEMENT ET ENTRETIEN

Les sociétés spécialisées en aménagement et entretien d’espaces verts sont nombreuses. Il est donc important de bien cerner ses besoins avant de faire appel à elles.

Le besoin

Que voulez-vous faire ? Créer ou réhabiliter ? Transplanter ou modifier ? Et en premier lieu, s’agit-il d’un problème d’entretien courant ou non ?

Trop souvent, par manque de connaissance de ces métiers, on fait appel au premier prestataire venu en pensant qu’il sait tout faire. La désillusion est alors, souvent, au rendez-vous et les coûts s’avèrent importants.

Il existe dans ce corps de métier des entreprises spécialisées qui répondent à la demande.

De ce fait, la maîtrise d’ouvrage et les gestionnaires devront soigneusement définir les besoins, un minimum de garanties s’imposant. 

Les besoins doivent être clairement exprimés et le type de prestation identifié.

La sélection ne peut se faire que par comparaison entre prestataires :

- Leurs références passées et  récentes,

- Leur coût avec une présentation détaillée et   compréhensible,

- Les délais et garanties de bon achèvement des missions à exécuter.

Le coût n’est pas le seul critère. Le bon marché est souvent cher, au final!

Donc, nécessité d’une grande rigueur des engagements des deux côtés :

- le prestataire doit respecter qualité et délais ;

- le maître d’ouvrage, ses règlements.

La taille des entreprises qui travaillent dans ce secteur est généralement modeste.

Ces prestataires demandent donc souvent des règlements rapides. Ceci peut paraître contraignant, mais n’enlève rien à leur sérieux.

Le choix du ou des bons partenaires

En fonction du besoin, il est possible que plusieurs partenaires soient nécessaires.

Il est utile de faire le point avant de se lancer dans la réalisation de votre projet. Prendre conseil auprès d’un architecte paysagiste ou de professionnels aguerris évitera les erreurs. N’oublions pas que nous travaillons avec des matériaux vivants et que ce métier est difficile car sujet aux aléas du temps et des saisons. Il vous sera peut-être nécessaire de contracter des contrats de culture.

La visite des pépinières et des serres de production est indispensable, car une bonne connaissance des produits et des conditions de culture est toujours utile.

Il est judicieux de retenir une entreprise disposant d’un label qui garantit la qualité de la prestation (Iso 9000, Qualipaysage) ou tout du moins UNEP.

Souscrire un contrat d’entretien

Quelques remarques pour aider à bien rédiger votre contrat d’entretien :

Exiger un calendrier planning pour l’entretien de vos végétaux.

Le soin des végétaux nécessitant l’application de produits phytosanitaire et l’apport d’une fertilisation appropriée. Ce sont des compétences de plus en plus encadrées par la réglementation. Le choix du produit ou d’un procédé alternatif vous sera conseillé par l’entrepreneur, il est donc déconseillé de fournir vous-même les produits phytosanitaires et les engrais.

Mettre en place un barème de pénalités en cas de retard d’exécution. Les plantes n’aiment pas être entretenues irrégulièrement.

Avoir toujours une assurance de reprise des végétaux en cas de problèmes.

Négocier éventuellement un gardiennage d’hiver pour les plantes fragiles.

Exiger  une garantie de reprise d’un an pour les végétaux fournis et plantés.

CHIFFRES A SAVOIR SUR LES TOITS TERRASSES

- 1 million de mètres carrés de toitures végétalisées installés en France  en 2011 selon l’ADIVET qui en font un des plus grand marché du monde.

- 45 à 100 € m2, c’est le coût du complexe étanchéité/végétalisation extensive en fonction de la surface, de la pente, des végétaux choisis et des éventuels travaux  de renforcement…) selon le CSTB et l’association des toitures végétales.

- 50 € /m2, c’est la plus value observée par rapport à un ouvrage d’étanchéitéauto-protégé (prix fourni-posé, chantier de taille moyenne).

5 à 15 % d’augmentation de la productivité des occupants serait notée dans les bâtiments disposant de toits terrasses.

- Contrôle et entretien d’un toit terrasse : 2 à 3 fois par an ainsi qu’après un gros orage ou une tempête.

L’ARROSAGE AUTOMATIQUE

On l’entend suffisamment dire, il est essentiel de réduire les dépenses d’eau. Si donc vous avez dans vos entreprises des espaces verts importants qu’il faudrait arroser, nous vous conseillons de réfléchir à la mise en place d’un arrosage automatique. Un arrosage automatique bien conçu permet de réaliser jusqu’à 30% d’économie d’eau.

- Un système d’arrosage automatique est une installation de matériels enterrés ou non enterrés pourvus d’arroseurs et d’un matériel de programmation.

- Les tuyaux, s’ils sont enterrés, doivent être résistants au gel et d’un diamètre d’au moins 19 mm. Il existe trois types de tuyaux : le micro-poreux ( plus d’eau au début qu’à la fin),à goutteurs intégrés ( toujours plus d’eau au début qu’à la fin, à goutteurs intégrés auto régulé ( autant d’eau du début à la fin ).

Toutefois, la dose d’eau est souvent réglée une fois pour toute. Elle est calculée pour satisfaire les besoins du gazon pour les jours les plus chauds et même un peu plus au cas où…Les apports d’eau par la pluie ne sont que rarement pris en compte et bon nombre d’arrosage fonctionnent encore sans la pluie. Méteo France propose un service de prévisions des besoins en eau d’un gazon combiné avec les prévisions de précipitations. Il est désormais possible de capter en temps réels les apports en besoin d’eau. 

L’éclairage

Il est préférable d’opter pour des éclairages en basse tension à l’extérieur (12 à 24 volts).

Si vous devez utiliser du 220 volts, il y a des règles à suivre et seul un électricien pourra réaliser l’installation :

- Les câbles devront être isolés, étanches et de couleur orange.

- La mise à la terre devra être effective.

- Une plaque bien visible, de couleur rouge ou verte, signalera à l’attention des jardiniers la présence de courant fort.

- L’ampérage doit être d’au moins 10 ampères pour 2000 watts et de 16 ampères pour 3 600 watts

- Prévoyez une protection différentielle spécifique (interrupteur, disjoncteur…).

Pour les autres types d’éclairages sachez que :

- Un détecteur de présence peut être utile la nuit dans certains cas, pour l’allumage des éclairages.

- Une horloge de programmation simple peut aider à gérer ce type d’éclairage de confort.

- Les lampes halogènes quartz donnent un excellent aperçu des végétaux.

- Il existe des ampoules spéciales dont la lumière n’attire pas les insectes.

- Un arbre s’éclaire toujours par le bas le plus près possible du tronc.

- Pour les végétaux à feuilles vertes, utilisez de préférence des lampes à vapeur de mercure et pour ceux de couleur rouge, des  lampes à sodium haute pression.

RÉFÉRENCES DE COUTS

- Une heure de main d’œuvre

En entretien : 43€

En création : 50 à 60€

- Une assurance garantie des végétaux coûtera environ 5% en sus du prix des plantes

- 1 journée de travail (conseil et réalisation) : 500 à 800 €

- Un contrat d’entretien pour un espace paysager de 50 m2 coûtera en fonction de sa typologie (pelouse, plantes, arbres, etc.) et de la fréquence des passages (18 passages  soit 1 tous les quinze jours à 1 passage par an) entre 800 et 2 500€/an.

- Une tondeuse professionnelle auto-portée d’occasion coûte  entre 2 000 à  et 8 000 € selon la marque.

DÉVELOPPEMENT DURABLE

Le paysage créateur de richesses : Sont évoqués dans ce concept, les nouveaux indicateurs de l’économie et du bien-être, mais également la manière dont le paysage peut agir comme une ressource pour l’économie et la société. 

L’enjeu : appréhender les espaces verts non plus comme de simples agréments décoratifs mais comme des leviers prioritaires des politiques de santé publique. 

En aménageant et entretenant des jardins et espaces verts, les entreprises du paysage participent à l’amélioration de l’environnement. Les végétaux qui sont plantés et entretenus contribuent en effet, à stocker le carbone et ainsi à limiter les gaz à effet de serre, à fixer les particules fines ou encore à humidifier l’air et à baisser la température.

Cependant, pour contribuer pleinement à l’amélioration de l’environnement, les entreprises s’attachent à diminuer leur impact sur l’environnement en :

 Favorisant la biodiversité par le choix de végétaux adaptés, notamment sur les toits-terrasses, sur les murs en interne comme en externe pouvant absorber 30 à 60 % des eaux pluviales. Ces murs végétaux présentent des performances thermiques intéressantes, qui sont à la fois durables et gratuites. Il en va de même pour les toits verts : capturée par le substrat des plantes, l’humidité transforme la toiture en un climatiseur d’appoint, la condensation issue des végétaux apportant de la fraîcheur.

Une végétalisation des toitures et des murs, efficace, peut réduire de 30 % la consommation d’énergie en été  d’un bâtiment par rapport à un immeuble classique.

Diminuant les quantités de produits phytosanitaires par l’utilisation de techniques alternatives (choix de végétaux résistants, gestion différenciée, désherbage thermique…).

Gérant mieux leurs déchets

Réduisant les pollutions liés aux transports par une formation des conducteurs à une conduite économique (éco-conduite).

Réduisant l’arrosage grâce à des semences moins fragiles au dessèchement  et paillage des massifs évitant l’usage des désherbants.

La gestion durable des espaces verts se concrétise par la mise en place d’une gestion raisonnée des espaces verts, source d’économie pour l’entreprise. Les points essentiels d’une telle démarche sont :

- Désherbage écologique ;

- Gestion différentiée des espaces végétalisé;

- Revalorisation des déchets verts en mulch( issus de tontes et/ou de bois rampéal) ;

- Utilisation raisonnée des produits phytosanitaires ;

- Taille raisonnée ;

- Gestion de la biodiversité d’un site.

La plupart de nos besoins quotidiens en eau ne nécessitent pas de disposer d’une eau potable. Moins de 5 % de l’eau que nous consommons est utilisée pour notre alimentation. Un tiers disparaît dans les WC (à raison de 45 litres par jour et par personne), un peu plus de 10 % dans  les machines à laver ( 50 litres pour une machine de classe énergétique A) et 150 à 300 litres dans les espaces verts. La collecte des eaux de pluie est devenue une priorité soit dans un bassin de récupération d’eau soit dans des citernes enterrées.

REPERES

Si vous devez faire travailler des jardiniers dans vos espaces verts extérieurs, il vous faudra prendre un certain nombre de précautions pour que la responsabilité de votre entreprise ne soit pas engagée en cas d’accident :

Le matériel (s’il vous appartient) doit être entretenu, rangé à l’abri et faire l’objet d’un affichage du mode d’emploi décrivant les risques et les précautions à prendre. C’est particulièrement vrai pour les tondeuses, tronçonneuses, débroussailleuses, etc.

L’hygiène et la santé : votre prestataire doit s’assurer que son personnel est vacciné contre le tétanos et que les rappels sont régulièrement effectués. Même chose s’il s’agit de personnel de votre entreprise,

Les produits phytosanitaires doivent être stockés dans des pièces fermant à clef. Une procédure d’utilisation doit être rédigée et affichée (ne pas fumer, ne pas mélanger, respecter les quantités et les modes d’emploi, porter des gants, des lunettes, etc.).

Certaines plantes ne sont pas nos amies : personne ne devrait s’amuser à « goûter » les plantes ou leurs fruits. Méfiez-vous notamment des ifs, troènes, fusains, houx et lauriers roses.

© Facilities – Tous droits réservés - Toute reproduction, même partielle, est interdite.